Sophie Cluzel : « Aucun enfant ne sera laissé sur le bord du chemin »

Sophie Cluzel, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé des personnes handicapées, était l’invitée de RTL, mercredi 30 août. A quelques jours de la rentrée, elle a assuré qu’aucun enfant ayant besoin d’un accompagnant "ne sera laissé sur le bord du chemin" cette année.

PNG - 237.4 ko

Au lendemain de la présentation de la rentrée scolaire par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, Mme Cluzel a confirmé que 50.000 contrats aidés d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) sont "sanctuarisés" pour l’accompagnement des enfants handicapés, auxquels s’ajoutent 30.000 contrats d’AESH (accompagnant d’élève en situation de handicap).

"Tout a été bouclé", a précisé la Secrétaire d’Etat, à partir des besoins recensés cet été auprès des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Les MDPH étudient les demandes de parents et délivrent des notifications à ceux dont les enfants nécessitent un accompagnement à la scolarité.

"Il nous fallait 80.000 accompagnements pour honorer toutes les notifications", a-t-elle dit, précisant que "plus de 150.000 élèves" en situation de handicap "n’ont pas besoin d’accompagnants". Pour parvenir à ce chiffre, "des contrats aidés qui sont en cours de recrutement, Pôle emploi a été mobilisé".

Pérenniser et professionnaliser

Au mois d’octobre, Sophie Cluzel démarrera un travail avec le ministre de l’Éducation nationale et la ministre de l’Enseignement supérieur pour remettre à plat le statut des accompagnants. En effet, ce statut n’est pas "satisfaisant " explique-t-elle. En effet, la Ministre estime que ces emplois aidés ne sont pas pérennes et doivent être professionnalisés.

Actuellement, les AVS perçoivent 680 euros nets mensuels pour 24 heures de travail hebdomadaire. "On a un chantier magnifique de professionnalisation pour créer des emplois pérennes, de 35 heures par semaine, qui peuvent aller sur le temps scolaire, sur le temps hors scolaire, dans les centres de loisirs, les stages et dans l’insertion professionnelle."