Un comité de pilotage pour la scolarisation des enfants en situation de handicap

Sophie Cluzel a annoncé la mise en œuvre d’un comité de pilotage, avec l’Education nationale, visant à résoudre les questions de scolarisation des enfants en situation de handicap, lors de la visite d’un centre de loisirs « à parité » d’enfants en situation de handicap.

PNG - 354.3 ko

Ce comité de pilotage est mis en place avec l’Éducation nationale et doit faire le point sur l’inscription des enfants en situation de handicap à l’école. Pour s’informer « toutes les Maisons départementales des Personnes handicapées (MDPH) ont été sollicitées pour voir si des dossiers n’avaient pas été traités », a expliqué Madame la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée du handicap.

Sophie Cluzel a fait cette annonce alors qu’elle visitait un centre de loisirs « à parité » parisien. Celui-ci est géré de l’association Loisirs Pluriel. Il accueille une trentaine d’enfants de 3 à 14 ans les mercredis et pendant les vacances scolaires, encadrés par huit personnes. La moitié des places sont réservées à des enfants porteurs d’un handicap moteur, intellectuel ou sensoriel.

Les centres de loisirs « à parité », une des solutions pour l’inclusion
Paris compte neuf centres de loisirs "à parité" (Clap). Sept sont gérés par la Mairie de Paris et deux par la fédération Loisirs Pluriel, à l’origine du concept et qui opère dans 23 autres centres en France.
Dans ce centre de loisirs, les enfants jouent ensemble, se font des amis, maîtrisent les rudiments de la langue des signes et, finalement, vivent ensemble, rappelant que la différence existe d’abord dans le regard de l’autre.

C’est pourquoi si «  ces structures sont "une des solutions" pour les enfants handicapés  » pour Sophie Cluzel, «  on privilégiera toujours le centre de loisirs qui est à côté de chez soi, pour travailler sur une inclusion dans son quartier », qui a rappelé que « beaucoup d’enfants peuvent être complètement inclus dans les centres de loisirs de droit commun ».