Je travaille dans le domaine médical/paramédical

Vous êtes médecin généraliste ou spécialiste, chirurgien-dentiste, sage-femme, infirmier, ou autre professionnel médical ou paramédical… Vous pouvez être amené à recevoir un patient autiste pour une consultation ponctuelle ou pour un suivi plus régulier.
La méconnaissance de l’autisme pourrait compromettre fortement votre capacité à poser un diagnostic au sujet des symptômes pour lesquels la consultation a lieu (en dehors du diagnostic d’autisme), ainsi que votre capacité à dispenser les soins nécessaires.
Afin que vous puissiez bâtir avec votre patient le mode de relation le plus approprié, voici quelques points clés à retenir.

Autisme : de quoi parle-t-on ?

L’autisme se manifeste par des troubles de la communication et des interactions sociales, des intérêts restreints, atypiques, des comportements à caractère répétitif, ainsi qu’une intolérance au changement. Le patient autiste présente souvent des hyper ou hypo-sensibilités sensorielles (aux sons, à la lumière, aux couleurs, au toucher…) qui peuvent interférer dans vos relations avec lui et compliquer les soins.

Il est important de comprendre que de nombreux comportements problèmes sont liés à des problèmes somatiques ou des douleurs non détectés.

Il convient de garder à l’esprit que de nombreuses pathologies se trouvent fréquemment associées à l’autisme (troubles de l’alimentation et de la digestion, épilepsie, troubles du sommeil…). Il ne faut pas oublier qu’il n’existe aucun médicament contre l’autisme. (en revanche, ne pas négliger les antidouleurs (type antalgique), car même si la douleur est peu exprimée elle est présente, et sa persistance est source de mal être et de comportements problèmes.)

Chez les patients autistes, il existe un risque « d’effet paradoxal », c’est-à-dire une réaction inverse de celle escomptée à la prise de traitement.

Toutes ces caractéristiques s’expriment avec des intensités variables selon les personnes et selon les contextes. Vous pourrez en apprendre plus sur l’autisme en vous référant à l’article « Qu’est-ce que l’autisme ? ».

Avant la consultation

Lors de la prise de rendez-vous, il est préférable de prévoir une plage horaire suffisante.
L’attente étant souvent difficile à supporter pour un patient autiste, il convient de prendre en compte cette donnée pour la prise de rendez-vous, et dans le respect de l’horaire du rendez-vous prescrit.
Si cela s’avérait impossible, il ne faut pas hésiter à prévenir le patient du temps qu’il lui reste à attendre, car il a besoin de repères temporel.

Si cela est possible, il peut être bénéfique d’aménager l’environnement sensoriel de la salle de consultation et de soins (par exemple, baisser l’intensité de la lumière des néons, atténuer les fonds sonores éventuels ; les bruits des machines inutiles en les éteignant, stopper la musique, débrancher le téléphone pour ne pas qu’il sonne pendant la consultation, etc…).

Le premier rendez-vous ne permettra pas forcément de réaliser l’intégralité des soins. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à reprendre rendez-vous ultérieurement.

Avant la consultation, il est recommandé de prévoir une discussion avec le patient et avec son accompagnant, pour recueillir le plus d’informations possibles sur lui, et sur la façon dont la consultation peut se dérouler au mieux. Il vous sera très utile de vous renseigner sur la façon dont se sont passées les consultations précédentes, ce qui a pu constituer une difficulté pour le patient, et quelles sont ses craintes.

Cela permettra également de mesurer sa capacité de compréhension, et son mode de communication (images, pictogrammes, photos). Il est bon d’établir ensemble un code de communication pour permettre au patient d’exprimer son degré de douleur ou de peur. Ainsi, il verra aussi que vous êtes à l’écoute et en sera rassuré.

Il peut être utile que le patient découvre les lieux, se familiarise avec les instruments médicaux, ou aux gestes pratiqués en consultation.

Le port de la blouse peut être impressionnant les premières fois, ou faire peur en cas de mauvais souvenir. Tout comme le contact des mains ou d’un instrument froid avec le corps du patient, qui peut réagir de manière inhabituelle.

Pour faciliter l’examen, il peut être judicieux de s’installer à tout endroit où votre patient se sentira à son aise : par terre, avec l’enfant sur les genoux de ses parents…
Les parents ou les proches du patient peuvent aider à identifier le comportement adapté à adopter (mise à hauteur équivalente, visage pas trop proche, respect de l’espace personnel plus important pour le patient autiste…)

Pendant la consultation

Il existe de nombreux conseils pratiques qui peuvent grandement faciliter la consultation et les soins et qu’il est utile de connaître (comment inviter le patient à montrer sur une poupée l’endroit où il a mal, comment ne pas utiliser un langage trop technique, comment expliquer les soins dans l’ordre chronologique, etc.)

Vous trouverez ces informations très utiles pour préparer votre consultation sur les sites suivants :

Vous pourrez vous appuyer sur la famille ou l’accompagnant qui connaît bien le patient et sera pour vous un partenaire. Sa présence pourra être très aidante pour le bon déroulement de la consultation et la bonne pratique de vos soins.

Découvrez le témoignage du Dr. Djéa Saravane, praticien hospitalier spécialiste de la douleur.


Pour aller plus loin : les formations

Dans tous les cas, il est vivement conseillé de suivre une formation sur l’autisme, ou plus généralement sur les personnes en situation de handicap, qui vous sera utile pour ce patient mais aussi pour d’autres. Ces formations peuvent être prises en charge par des organismes, et il en existe de tout type, de toute durée, et sur tout le territoire. L’agence nationale pour le développement professionnel continu (ANDPC), les agences régionales de santé (ARS) et les centres ressources autisme (CRA) disposent de listes et de contacts pour vous orienter au mieux.
Les formations vous permettront de mieux comprendre les spécificités de l’autisme et d’acquérir des réflexes simples pour favoriser les soins… Des réflexes qui pourront aussi être utilisés avec des patients au profil plus classique…

Cliquez ici pour plus d’informations sur les formations existantes.

Si vous souhaitez parler de l’autisme aux professionnels de santé autour de vous, cliquez ici.

Articles associés

Vous travaillez dans le domaine médico-social, éducatif, ou dans tout dispositif d'accompagnement (...)

Personnel accompagnant et intervenant

Actualité autisme
Vous travaillez dans le domaine médico-social, éducatif, ou dans tout (...)
Vous êtes amenés à côtoyer ou travailler avec une personne autiste sur votre lieu de travail. Afin (...)

Le monde du travail

Vous êtes amenés à côtoyer ou travailler avec une personne autiste sur votre (...)