Auprès de qui s’adresser ?

Repérer l’autisme chez un bébé

Pour repérer l’autisme chez un enfant de moins deux ans, l’outil le plus connu et le plus simple est le test de M-CHAT, dont vous entendrez certainement parler.
Mais sachez qu’il est préférable de le faire réaliser par un professionnel compétent, et que ce test ne saurait en aucun cas se substituer au bilan fonctionnel nécessaire au diagnostic (cf article « Comment se passe un diagnostic ? »).
Vous pouvez cependant apporter ce test à la consultation chez le pédiatre ou le médecin à qui vous allez expliquer vos inquiétudes quant au développement de votre bébé.

Repérer l’autisme chez un enfant ou un adulte

Au delà des deux ans de l’enfant, et pour toute personne adulte, en cas de suspicion d’autisme, il convient également de s’adresser sans perdre de temps à un médecin.
Pour aider le médecin dans son examen, il est conseillé de rassembler toutes les observations possibles sur le « développement particulier » de l’enfant ou de l’adulte ; c’est-à-dire de noter tous les comportements atypiques, récolter les remarques de proches, des observations de professionnels de la petite enfance dans le cas d’un enfant, des photos ou des vidéos montrant certains signes qu’un médecin, même spécialiste, ne pourrait pas voir en une consultation (regards fuyants, alignement d’objets, crises…).
Grâce à votre aide, et selon sa capacité d’écoute de vos inquiétudes, le médecin devrait être en mesure de repérer un trouble du développement, voire de formuler une suspicion d’autisme, qu’il demandera à confirmer avec un nouveau rendez-vous, ou en vous aiguillant vers d’autres professionnels capables de commencer les bilans fonctionnels nécessaires au diagnostic.

Vous pouvez aussi vous orienter, ou demander à votre médecin traitant de vous orienter vers une consultation avec des spécialistes (orthophoniste, psychiatre, psychomotricien, psychologue…) qui peuvent repérer plus précisément des particularités de développement.

Enfin l’interlocuteur recommandé en premier lieu reste le CRA, qui a une mission d’information des familles, et devrait donc savoir vous conseiller sur les professionnels libéraux ou les équipes spécialisées capables de réaliser un diagnostic conforme aux Recommandations de Bonnes Pratiques Professionnelles.

Renseignez-vous également sur les associations autour de chez vous ; les familles ayant déjà vécu ce parcours connaissent les professionnels spécialistes de l’autisme dans votre région et pourront sans doute vous aider.

Persévérer dans la recherche du diagnostic

Compte tenu de la complexité du trouble, même un professionnel peut avoir du mal à détecter l’autisme. Si votre doute persiste, n’hésitez surtout pas à insister, ou même à demander un autre avis de médecin. Surtout ne vous découragez pas. S’il s’agit bien d’autisme, il est essentiel de le faire reconnaître sans perdre de temps.

Articles associés

Il existe, dans chaque département de France, une MDPH : Maison Départementale des Personnes (...)

Vos droits

Il existe, dans chaque département de France, une MDPH : Maison (...)
Pour la personne directement concernée d'abord Plus l'autisme est identifié tôt, plus (...)

L’importance du diagnostic précoce

Pour la personne directement concernée d’abord Plus l’autisme est identifié (...)