Renforcer l’accès à la prévention et aux soins

La qualité de vie des personnes handicapées dépend pour une large part de leur accès aux soins. Or celui-ci présente des diffi cultés spécifi ques qu’il faut mieux prendre en compte.

JPEG - 40.6 ko

La loi de modernisation de notre système de santé a renforcé et structuré les différents axes de la prévention et de la prise en charge de nos concitoyens. Les personnes handicapées peuvent rencontrer des difficultés à accéder à la prévention et aux soins. Il est donc nécessaire que l’ensemble des acteurs adaptent et organisent leurs actions.

Coordination, prise en compte des besoins spécifiques, adaptation des interventions soutenues par une meilleure solvabilisation financière permettront de faciliter et renforcer le parcours de santé et l’accès à la prévention et aux soins des personnes handicapées.

Des études montrent que la morbidité et la mortalité des personnes handicapées adultes sont plus élevées que celles de la population générale et augmentent avec l’âge. L’amélioration de cette situation passe notamment par des actions de prévention, mises en oeuvre précocement chez les enfants et les jeunes handicapés, visant à corriger en particulier les déterminants comportementaux (prises alimentaires inadaptées, faible activité physique, addictions, etc.) sources d’une augmentation de la morbi-mortalité.

Mesure : Développer la prévention et l’éducation à la santé de façon adaptée aux besoins des personnes handicapées

Il s’agit de mieux connaître les problèmes de santé, la distribution des déterminants comportementaux, et les stratégies d’intervention efficaces en fonction des différents types de handicap chez les enfants et les jeunes.
Pour cela, seront développées des actions de prévention et d’éducation à la santé concernant les addictions, l’alimentation, l’activité physique et la santé sexuelle, adaptées aux personnes en situation de handicap en associant les familles, notamment par la diffusion de supports de communication adaptées et la formation
des intervenants auprès des personnes.

Les personnes en situation de handicap peuvent rencontrer des diffi cultés à accéder aux soins, en raison de leur diffi culté de déplacement, de communication ou plus largement des caractéristiques propres à leur handicap. Le système de santé et d’accompagnement doit se coordonner pour proposer une réponse adaptée pour faciliter le parcours de soins.

En outre, une prise en charge par l’assurance maladie obligatoire renforcée permettra de faciliter l’accès aux soins médicaux et dentaires, et aux dispositifs médicaux (audioprothèses).

Mesure : Développer les dispositifs de consultations dédiées pour les personnes en situation de handicap

La poursuite du développement des dispositifs de consultations dédiés sera soutenue. Sans se substituer aux soins de premier recours en milieu ordinaire, ces dispositifs ont vocation à constituer une offre complémentaire pour certaines situations complexes pour lesquelles l’offre de soins courants généralistes ou spécialistes sont difficilement mobilisables en raison d’une nécessité d’une prise en charge spécifique.
En 2017, ce seront 10 millions d’euros qui auront été consacrés à ces dispositifs.
En 2018, ce sont 3,7 millions d’euros supplémentaires qui seront délégués aux ARS pour finaliser leur maillage territorial..

L’accessibilité aux soins bucco-dentaires pour les personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie, en établissements ou à domicile est un enjeu de santé publique. Les personnes rencontrent des difficultés pour accéder aux soins en cabinets dentaires, qui nécessitent à la fois des capacités de déplacement et la mobilisation d’accompagnants et l’intervention de chirurgiens-dentistes sensibilisés aux problématiques de ces personnes.

Mesure : Encourager l’accès aux soins bucco-dentaires

D’une part, les unités mobiles de soins bucco-dentaires seront développées et encadrées par un cahier des charges spécifique élaboré à partir des expériences réussies existantes. L’objectif est de déployer 100 bucco-bus
d’ici à 2020, avec 2 dispositifs par région dès 2018. Un budget de 25 M€ y sera dédié (10 M€ pour le fonctionnement et 15 M€ pour l’investissement).
D’autre part, dans le carde de la négociation de la convention dentaire, les actes spécifiques pourront bénéficier de cotations majorées. Le budget mobilisé pourra s’élever à 12,5 M€ par an.)

Les dispositifs d’audioprothèses sont insuffisamment pris en charge par l’assurance maladie et les complémentaires-santé, alors qu’ils contribuent à une amélioration importante de la qualité de vie des personnes atteintes de troubles auditifs. En effet, actuellement les restes à charge pour les personnes sont importants et peuvent constituer un frein à l’accès à ces aides.

Mesure : Améliorer la prise en charge financière des audioprothèses

L’objectif de cette mesure est d’assurer une solvabilisation de l’offre d’audioprothèse d’entrée de gamme. Le tarif serait encadré par un prix limite de tel sorte que la personne n’ait plus de reste à charge après le remboursement par l’assurance maladie et les complémentaires santé. Un budget de 47M€ est dédié à cette mesure.