Journée mondiale de la sclérose en plaques (SEP) : le secrétariat d’Etat auprès du Premier ministre chargé des Personnes Handicapées se mobilise

La journée mondiale de la sclérose en plaques, organisée le mercredi 31 mai, est un jour de rassemblement et de mobilisation internationale pour les malades, leurs proches et aidants, les chercheurs et les professionnels de santé. C’est également l’occasion de sensibiliser le grand public sur les symptômes et les conséquences de la maladie.

Première cause de handicap sévère non traumatique du jeune adulte, la sclérose en plaques bouleverse la vie personnelle, sociale, familiale et professionnelle des malades. Un peu plus de 100 000 personnes, en France, souffrent de cette maladie neurodégénérative souvent diagnostiquée entre 25 et 35 ans. « Vivre avec la SEP », le thème retenu cette année, c’est en pratique vivre avec un handicap, avec un enjeu particulier pour beaucoup de jeunes adultes concernés : comment aménager son emploi pour continuer de l’exercer, malgré les crises et de la fatigabilité particulière souvent associée à cette maladie.

La secrétaire d’Etat aux personnes âgées rappelle l’engagement du Président de la République en faveur d’une société plus inclusive et accessible, qui soit celle de l’emploi pour tous. Les personnes atteintes de sclérose en plaques doivent, comme toutes les personnes handicapées, avoir la liberté d’exercer le métier qu’elles souhaitent et qui correspondent à leurs compétences. La reconnaissance de travailleurs handicapés, que les malades ne doivent pas hésiter à solliciter, est là aussi pour aider les employeurs dans l’aménagement éventuel des postes de travail. Tout le monde a à y gagner !

Cette semaine de mobilisation est également l’occasion de mieux faire connaître les actions menées dans le cadre du Plan Maladies Neuro-Dégénératives (PMND) lancé en 2014 pour lutter contre ces maladies, faire connaître les progrès des traitements, et soutenir, outre les personnes qui en sont atteintes, leurs proches. La secrétaire d’Etat entend redire sa mobilisation en faveur des aidants en particulier pour leur permettre des temps de répit.