Discours de Sophie CLUZEL à la Conférence de presse du Festival International du Film sur le Handicap

Discours de Madame Sophie CLUZEL, Secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, à la Conférence de presse du Festival International du Film sur le Handicap

Seul le prononcé fait foi

Votre excellence,

Mesdames, messieurs les membres du jury,

Mesdames, messieurs les journalistes,

« Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout » disait Jean-Luc Godard. Je rajouterai que le cinéma permet d’apporter un autre regard sur le monde et la différence. C’est pourquoi, ce festival est une véritable occasion de briser une barrière : celle de l’apriori, du préjugé que quiconque peut avoir sur le handicap. Soyez assurée que je partage cette conviction chère Katia Martin-Maresco (directrice et fondatrice du festival).

L’un de mes objectifs dans la communication que j’ai transmise en Conseil des Ministres est de changer le regard de la société sur le handicap. Évidemment, la culture et le cinéma en particulier y contribue grandement au quotidien. Je pense à des films comme Intouchables, De toutes nos forces, La famille Bélier ou encore plus récemment Patients…

Le cinéma est un vecteur formidable pour transmettre des émotions, populariser un sujet et c’est ce que le FIFH peut nous apporter. Des réalisateurs qui sous l’objectif de leurs caméras vont apporter une multitude de visions toutes atypiques sur le handicap, avec beauté, humour et émotion. Cette diversité culturelle est une richesse, et ce festival sera l’occasion de la promouvoir

Cette année, c’est donc plus de soixante films inédits qui seront projetés durant ce festival, provenant du monde entier. J’aimerai en particulier m’attarder sur les cartes blanches données cette année aux Etats-Unis, au Brésil, à l’Espagne ou l’Italie.

Encore une fois, c’est l’occasion de découvrir la manière dont nos homologues et alliés perçoivent le handicap et le mettent en image. Le cinéma est un langage universel, il permet cela, à nous d’en profiter et d’en tirer les fruits.
Enfin, je tiens à souligner que le Festival International du Film sur le Handicap sera un lieu de rencontre entre les cinéastes du monde entier, cela doit l’être également pour les spectateurs en situation de handicap. En effet, aujourd’hui il est plus que nécessaire d’adapter le cinéma pour un public dont l’attrait pour la culture ne cesse de croître jour après jour.

Dans cette volonté de rendre une société inclusive, cela doit passer par la culture en instaurant un programme massif d’audiodescription y compris dans les films à petits budgets, sans oublier un dispositif de traduction pour les sourds. Aussi, rappelons l’importance de démocratiser l’accessibilité universelle des salles quand cela est possible. Rendre accessible le contenu et son contenant. Je compte donc sur le Centre National de la Cinématographie, sous l’autorité de Françoise Nyssen Ministre de la Culture, impliqué également sur l’accessibilité des personnes handicapées dans le monde de la Culture pour prolonger le plan d’aide aux films qui contribuera à rendre accessible le cinéma. Mais également, sur la présence de personnes en situation de handicap dans le cinéma. Il y a donc un travail à réaliser dans la phase du casting. Mais cela participera au processus de démocratisation du handicap.

A présent, chers réalisateurs, acteurs et membres du festival du film, c’est à vous de jouer de nous faire rêver, vibrer, rire et je ne peux m’empêcher de vous laisser sur cette citation de Quentin Tarantino : « Vive le Cinéma ! ».