Alerte sur des traitements utilisés dans l’autisme

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les pharmaciens sur des pratiques de prescriptions hors autorisation de mise sur le marché (AMM) dans l’autisme. Rappel du respect des règles de dispensation.

Les faits

Dans un courrier à l’Ordre national des pharmaciens, l’ANSM porte à la connaissance de la profession des pratiques auxquelles les dispensateurs pourraient être confrontés :

  • des essais/études qui porteraient sur l’utilisation d’antibiotiques dans le traitement de l’autisme ;
  • des prescriptions médicales de longue durée (six mois à deux ans) destinées à des enfants atteints d’autisme. Celles-ci associeraient des compléments alimentaires, des régimes spécifiques et plusieurs médicaments en dehors des indications de leur AMM :
    • des anti-infectieux (antibiotiques, antifongiques, antiparasitaires),
    • des chélateurs de métaux lourds.

Ce qu’il faut retenir

L’ANSM souligne que :

  • ces traitements ne sont pas recommandés par la Haute Autorité de santé (HAS) dans les troubles autistiques, en raison de l’absence de données cliniques ;
  • leur utilisation, notamment au long cours, expose à des effets indésirables.

En pratique pour le pharmacien. Il doit :

  • de façon habituelle, procéder à l’analyse pharmaceutique de toute ordonnance et donner les conseils nécessaires au bon usage du médicament pour toute dispensation (art. R. 4235-48 du code de la santé publique, CSP).
  • refuser de dispenser un médicament « lorsque l’intérêt de la santé du patient paraît l’exiger ». Dans ce cas, il informe immédiatement le prescripteur et mentionne ce refus sur l’ordonnance (art. R. 4235-61 du CSP).