Dossier - Feuille de route MDPH 2022

La création d’un accès au droit de qualité, simple, rapide et équitable

Depuis 2017, le Gouvernement s’est engagé dans une politique volontariste d’amélioration du quotidien de tous les citoyens dont les personnes en situation de handicap et leurs proches.

Engagée par Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre en charge des personnes handicapées, une pluralité d’actions a ainsi été déployée avec notamment comme ambition majeure l’amélioration et la simplification de l’accès aux droits de façon équitable dans tous les départements.

Dans le cadre de la Conférence nationale du handicap du 11 février 2020, un accord de méthode inédit entre l’État et l’Assemblée des départements de France a été signé, selon une méthode de concertation et de coconstruction, pour optimiser de façon significative, sous deux ans, le pilotage et le fonctionnement des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

Co-portée dans sa vision d’ensemble et son déploiement par l’État et l’Assemblée des départements de France, la feuille de route MDPH 2022, structurée autour de cinq grands axes de transformation, fait de la maîtrise des délais de traitement des droits et de l’accélération de l’attribution des droits à vie [1], deux enjeux majeurs.

Simplifier durablement le quotidien des personnes et réduire les disparités territoriales sont au centre de cette transformation des méthodes et des pratiques afin de permettre à chaque usager d’obtenir un accès aux droits de qualité, simple, rapide et équitable.
Pour retrouver le baromètre CNSA des maisons départementales des personnes handicapées

CLIQUEZ ICI

pdf Télécharger le dossier - Feuille de route MDPH 2022 Téléchargement (5.3 Mo)
docx Télécharger le dossier - Feuille de route MDPH 2022 Téléchargement (34 ko)

[1Instaurés depuis 2019 pour les personnes dont le handicap est irréversible que ce soit pour l’allocation adulte handicapé (AAH), la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH), la carte mobilité inclusion (CMI) et l’allocation d’éducation d’enfant handicapé (AEEH) jusqu’aux 20 ans de son bénéficiaire.