Lancement du Comité Stratégique de la Santé Mentale et de la Psychiatrie

Jeudi 28 Juin, Agnès Buzyn et Sophie Cluzel ont lancé le premier Comité Stratégique de la Santé Mentale et de la Psychiatrie. A cet effet, les deux ministres ont présenté la feuille de route qui s’inscrit en cohérence avec les objectifs de la stratégie nationale de santé.

Une feuille de route en cohérence avec la Stratégie nationale de Santé

Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, et Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, ont assisté au premier Comité Stratégique de la Santé Mentale et de la Psychiatrie et ont présenté la feuille de route.

La feuille de route de la santé mentale et de la psychiatrie s’inscrit en cohérence avec les objectifs de la stratégie nationale de santé qui détermine onze domaines d’action prioritaires déclinés en 43 objectifs nationaux d’amélioration de la santé et de la protection sociale contre les conséquences de la maladie, de l’accident et du handicap.

Elle a comme objectifs l’amélioration des conditions de vie, de l’inclusion sociale et de la citoyenneté des personnes vivant avec un trouble psychique, l’amélioration de l’accès aux soins et aux accompagnements.

3 axes déterminants pour la santé mentale et la psychiatrie

Cette feuille de route répond à ces enjeux par la présentation d’un plan global déclinant 37 actions selon trois axes :

  • Promouvoir le bien être mental, prévenir et repérer précocement la souffrance psychique, et prévenir le suicide ;
  • Garantir des parcours de soins coordonnés et soutenus par une offre en psychiatrie accessible, diversifiée et de qualité ;
  • Améliorer les conditions de vie et d’inclusion sociale et la citoyenneté des personnes en situation de handicap psychique.

Les chiffres clés de la santé mentale et des troubles psychiques

En France, la psychiatrie représente :

  • 2,4 millions de personnes prises en charge en établissement de santé en 2015
  • 569 établissements de santé autorisés en psychiatrie
  • 15 % des 10-20 ans (1,5 million) ont besoin de suivi ou de soin.

En Europe, selon l’OMS, 1 Européen sur 4 est touché par des troubles psychiques au cours de sa vie.